Un festival de jazz entre rêve et réalité

D’une part il y a le rêve d’une élue publié sur Facebook 23 juin 2018  :

 » Il y a 4 ans , lors de mon footing hebdomadaire dans le Parc de la Torse a germé une idée qui ne m’a plus jamais lâchée . Je me suis mise à rêver d’un festival de Jazz , d’été à une période « creuse « afin de pouvoir poursuivre la dynamique du festival lyrique, une aubaine pour le rayonnement de notre ville et pour son activité artistique et économique .
Ma vision : un festival bon enfant , de qualité où l’on pourra se retrouver entre amis ou en familles . 
Mon rêve : qu’il devienne un rendez vous international incontournable.
J’ai donc pris mon bâton de pèlerin et j’ai commencé à en parlé voire même à soûler mes amis et collègues élus . 
Si tout se passe bien, ce festival se déclinera sur plusieurs jours avec dès pré-concerts jazzy un peu partout en ville .
J’aimerais tant que l’on parle plus tard dans le monde entier du Jazz Aix Festival ……..on peut toujours rêver !!!!!!!!!!!!!!! 
Être un maillon de ce projet me remplit de joie .
J’y crois tellement pour notre ville et notre territoire »
ici, l’intégralité de la publication

 

et d’autre part, la réalité

celle ci est bien moins idéale pour les habitants du quartier ainsi que le manifeste le président d’une copropriété riveraine!

 » Aujourd’hui nous venons d’apprendre la tenue dans le Parc de la Torse, dans la soirée du 5 août, d’un concert qui selon votre souhait devrait être l’acte de naissance d’un futur festival de jazz.
Nous nous inquiétons des nuisances à venir notamment au niveau du bruit, de l’hygiène et des encombrements routiers.
Pouvez-vous nous préciser le nombre de spectateurs attendus et les mesures envisagées pour protéger les riverains des nuisances engendrées par un tel événement, en particulier comment sera géré le stationnement, comment seront contrôlées les nuisances sonores et (point essentiel) jusqu’à quelle heure la musique et aussi comment sont prévus les conditions d’hygiène et le nettoyage des détritus…
En ce qui concerne l’organisation sur plusieurs jours d’un festival, il y a beaucoup à craindre de la transformation du paisible Parc de la Torse – lieu de repos et de promenade- en un champ de foire et en un camping sauvage ingérable.
Beaucoup d’entre nous aiment le jazz ou pratiquent le yoga, mais nous sommes tous d’accord pour réclamer le respect de notre qualité de vie
Nous pensons que le Parc promenade de la Torse n’est pas un lieu approprié pour des activités marchandes et bruyantes. De notre point de vue, il peut accueillir plus facilement des manifestations douces, apaisées et non commerciales, à condition de bien gérer les problèmes de stationnement, d’accès et d’hygiène. »
ici, l’intégralité du courrier échangé.

Alors, quel avenir pour ce Parc?

Le CIQ est régulièrement interpellé au sujet de l’utilisation faite de cet espace exceptionnel :  pérennisation de la fête foraine, organisation de différentes fêtes ou festivals , multiplication des manifestations sportives  , provoquent de multiples nuisances sonores et impactent la circulation et le stationnement dans l’ensemble du quartier compris entre l’Avenue des Écoles Militaires, la route Cézanne, l’Avenue Cassin, l’Avenue Malacrida et le Boulevard Gambetta.
Ces manifestations ont comme dénominateur commun d’être gérées par des professionnels de événementiel qui utilisent un espace public à des fins commerciales.

Le festival international de jazz en est le plus récent épisode, organisé sans  aucune concertation  pour préparer l’évènement, identifier les enjeux et les problématiques spécifiques au Parc de la Torse. Le CIQ déplore le manque de dialogue.
Un courrier adressé à Mme le Maire exposera les propositions faites par le CIQ pour que le Parc reste un espace de bien vivre tout en étant ouvert à des événements festifs bien contrôlés.

 

 

 

 

 

 

 

6 Replies to “Un festival de jazz entre rêve et réalité”

  1. La réunion avec l’organisateur du festival de Jazz du jeudi 05/07/18, a montré que sur un sujet technique comme la sonorisation, l’organisateur n’était pas capable d’apporter une réponse claire. Poussé à bout dans ses retranchements, il nous a annoncé 80 db pour les nuisances sonores le soir du concert. Dont acte.
    En fait, l’organisateur événementiel sous-traite généralement à des sociétés spécialisées. Le décret du 7 août 2017 paru au Journal Officiel le 9 août, donne le seuil des niveaux d’intensité sonore admissibles. Dans certains cas, le niveau sonore devra être aussi enregistré en continu et tenu à disposition en cas de contrôle.
    Lire l’article du Monde sur le lien suivant
    http://www.lemonde.fr/sante/article/2017/08/09/discotheques-et-festivals-ne-devront-plus-depasser-les-102-decibels_5170610_1651302.html

    Décret n° 2017-1244 du 7 août 2017 relatif à la prévention des risques liés aux bruits et aux sons amplifiés
    https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2017/8/7/SSAP1700132D/jo/texte

    Le seuil légal est plutôt de 102 db en salle et l’émergence sonore de 5 db. En extérieur cela pourrait-être différent…

    Pour ceux que cela intéresse, je leur conseille de télécharger sur leur Smartphone une application qui permet d’utiliser le téléphone comme un sonomètre. Il y a pléthore d’applications sur Apple store, Google store, Samsung store etc… qui peuvent convenir pour enregistrer le niveau sonore.
    Souvent ces applications saturent au-delà d’un seuil qui varie. Souvent 90 db. Donc durant le concert, ouvrez le tel et l’application. Chez vous ou sur le lieu du concert, je crois que vous serez surpris. On pourra comparer nos mesures et peut-être ébaucher une carte de nuisance sonore.

    La mairie annexe et le manager événementiel font preuve d’amateurisme. Dans une réunion plutôt technique, comme celle de jeudi soir, il faut coller aux chiffres sans se laisser embarquer dans des mondanités. C’est la seule façon de pouvoir se faire entendre.

  2. en ce qui concerne le festival de jazz, Mme Hernandez m’a dit qu’elle en avait mare de » rabâcher » ( pour la sécurisation de Preaud toujours en panne ) or j’ai pu entendre et lire sur son Facebook que pour obtenir sans concertation ( du CIQ ) ce festival, elle a dû soûler beaucoup de monde pour obtenir, elle n’a pas la même ténacité pour la vitesse sur preaud, dont on ne parle plus depuis novembre 2017.
    l’avenue Preaud va t’elle servir de parking pour son festival comme ce fut déjà le cas ? soyez plus énergique pour défendre nos intérêts,les parkings annonces ( Carcassonne est déjà plein en temps normal y compris souvent le non respect des places handicapes ) comme vous l’êtes pour la construction vers la campagne Sylve votre seule préoccupation du moment à ce que j’entends, encore que vous risquez de vous trouver devant un fait accompli comme pour les tennis qui ont disparus.
    j’ai une vue plongeante sur la Torse et son stade foot et rugby , je crains fort que de 20 h à 23 h( l’heure limite de bruit étant 22 h )nous soyons obliges de fermer portes et fenêtres pour un repos de la nuit
    les commentaires autres ont raison , ce parc ou j’ai dans d’aitres temps beaucoup contribué à son embellissement devient un deuxième champ de foire.
    cordialement.

  3. Pour rappel, compte-rendu de l’invasion subie par le Parc Cézanne, le 14 janvier 2018 (dommage, je ne peux pas joindre les photos qui vont avec).

    Copropriété Le Parc Cézanne – Message à l’attention du CIQ qui l’a bien relayé.
    Le 14/01/2018 à 16:52, Henri CARRON a écrit :
    Bonjour
    Je vous prie de bien vouloir prendre connaissance du message ci-dessous. Il fait le compte-rendu d’incivilités dans notre résidence du Parc Cézanne, qui concernent aussi notre quartier. Il est dommage qu’une manifestation sportive sympathique, aux fins d’éducation des enfants, soit l’occasion de telles incivilités de la part de leurs parents ! De tels incidents poussent à la « bunkerisation » des résidences de notre quartier.
    Bien cordialement,
    Henri CARRON
    Président du conseil syndical
    Le Parc Cézanne

    ——– Message transféré ——–
    Sujet : Parc Cézanne – Stationnement et incivilités
    Date : Sun, 14 Jan 2018 16:08:51 +0100
    De : Henri CARRON

    Pour information du conseil syndical, du conseil « élargi », et de Mme XX (Syndic).

    Ce matin l’allée principale de la résidence a été envahie par plusieurs dizaines de véhicules stationnant sur les pelouses. Cet incident était lié à l’organisation d’une compétition sportive au parc de la Torse. J’ai eu quelques discussions un peu vives ; toutes les personnes rencontrées, toutes bien propres sur elles, jeunes parents avec de beaux enfants, et de belles voitures, se sont montrées de mauvaises foi : « il n’est pas indiqué qu’il s’agit d’une propriété privée » ; « pas de place ailleurs » ; « je n’en ai rien à faire » ; et j’en passe des meilleures ! La bagnole rend stupide (pour rester poli) ! Heureusement je n’ai pas eu à subir de violences.
    J’ai appelé la police municipale qui m’a gentiment fait comprendre qu’elle avait d’autres chats à fouetter. Mais il m’a été conseillé de prendre des photos des plaques d’immatriculation pour le cas où des dégâts pourraient être constatés ; j’ai pris des photos, mais je n’ai pas relevé de dégâts manifestes. La police m’a aussi conseillé d’aller voir les organisateurs. Ce que j’ai fait.
    Au moment où s’engageait la discussion avec le président du comité organisateur, est arrivée Mme Hernandez notre élue déléguée de quartier. Elle s’est très courtoisement excusée de n’avoir pas anticipé ce risque. Elle m’a promis que la prochaine fois la partie du parc actuellement fermée de l’autre côté de l’avenue des écoles militaires serait mise à disposition du stationnement pour les participants à de tels événements.
    Ce nouvel incident va immanquablement relancer la demande récurrente de la fermeture de la copropriété. C’est une solution effectivement pour ce genre d’incivilités. Mais c’est un très gros investissement, qui en outre renchérira les charges courantes de façon conséquente, avec tous les désagréments d’une « bunkerisation » de notre résidence.
    Nous ferons le point avec Mme XX (syndic) en ce qui concerne la suite à donner vis-à-vis de la mairie. J’informerai également le CIQ de cet incident.
    Bonne journée quand même.
    H Carron
    Président du conseil syndical
    Le Parc Cézanne

  4. j’habite à proximité du parc de la Torse , un parc magnifique , bien entretenu, vert et où tout le monde petits et grands peuvent profiter des joies de ola verdure en toute tranquillité . Faire un festival de jazz international est une vraie aberration . Le gazon sera complètement défoncé , des saletés traineront partout car les gens vont manger bien sûr sur place . il y aura des risque de sécurité pour nos enfants qui en ces soirées d’été aiment à se promener dans les environs . Et la circulation ? cela va être un enfer car il y a quand même des gens qui travaillent à cette époque . J’ai déjà eu de gros problèmes pour rentrer chez moi et j’ai dû rentrer à pieds pendant les courses de triathlon et d’iron Man . Il y a bien d’autres lieux à Aix en pce pour organiser ce genre de manifestations . Et tous les voisins à qui j’en ai parlé sont entièrement d’accord . Annuler définitivement ce festival.

  5. Bonjour ,
    Je m’engage peut être pour les propriétaires résidents du Chambord , mais je pense que dans l’ensemble tous sont contre ce rassemblement dans le parc de la torse .
    Cordialement .

  6. La mairie annexe vient d’imposer la tenue d’un Festival International de Jazz sur les pelouses du Parc. Plusieurs copropriétés s’inquiètent de l’impact de ce festival et du manque de concertation avec les autorités municipales. Effectivement aucun groupe thématique de travail n’a été mis en place par la Mairie Annexe, pour préparer l’évènement. Dans le même ordre d’idées, rappelons que les CIQ du quartier (Cézanne et Carcassonne) sont systématiquement écartés des réunions de préparation de la Fête Foraine pour des motifs spécieux. L’absence de dialogue avec l’équipe municipale dans la programmation et la préparation des manifestations se tenant sur le Parc et le Stade est devenue criante.
    Le recours aux réunions de concertation pour résoudre les problèmes de la cité, devrait être toujours privilégié et par principe généralisé chaque fois que cela s’avère nécessaire, la Mairie y jouant son rôle de médiateur. Malheureusement ce n’est plus le cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *