Un parc « hors la loi » ?

A l’heure du confinement, tous les « parcs, jardins, promenades, squares et aires de jeux » de la ville sont fermés comme déjà annoncé sur ce site. Tous ? Un irréductible flou demeure au sujet des 5 hectares acquis par la ville, dont le statut intermédiaire de simple espace vert et « parc en devenir » laisse planer le doute. Et ce d’autant plus qu’aucun panneau n’en interdit l’accès à ce jour, pas même au niveau de son accès principal, au bout du chemin du Roc Fleuri, matérialisé par plusieurs GBA (cf photo ci contre à gauche). Le seul panneau affiché concernant ce futur parc est celui positionné à l’entrée de la coulée verte, avenue des Ecoles militaires, au niveau du parking provisoire.

De fait, ces dernières semaines, des vingtaines de promeneurs et de familles se croisaient sur les chemins et dans les bois entourant le parc.

Panneaux installés par les riverains dans leur propriété privée, pour limiter l’accès à la zone privée proche de leur habitation
Panneaux installés par les riverains dans leur propriété privée, pour canaliser les promeneurs

L’affluence des promeneurs a d’ailleurs poussé les riverains à canaliser eux-même le flux de promeneurs à l’aide de panneaux de fortune installés sur leur propriété privée, aucune limite à l’espace public n’ayant encore été mise en place depuis l’acquisition de ces terrains il y a bientôt 2 ans (août 2018).

La question se pose donc de plus en plus urgemment de la matérialisation des limites du parc, la plupart des promeneurs n’ayant à ce jour aucun moyen de savoir s’ils se trouvent sur le domaine public ou sur une propriété privée, et certains d’entre eux prétendant que « la colline est à tout le monde » alors qu’ils sont en pleine zone privée.

Une autre question qui se pose en cette période sensible, à la fois de confinement et pré-estivale, est celle de la sécurité et notamment de la protection contre les incendies. Or plusieurs traces de feux de camp ont été récemment relevées par les riverains, en limite Est du parc et en bordure des espaces naturels sensible de la Ste Victoire.

Ces traces se trouvent en limite des espaces naturels sensibles du grand site Sainte Victoire, de sorte que si un incendie se déclarait il serait dévastateur, faute d’accès pompier mis en place dans cette zone, et ce jusqu’à Bibemus. Alertée le 18 avril par nos soins et ceux du CIQ voisin Pont de Béraud via les délégués de quartier, la police municipale a prévu de mettre en place une surveillance de ce site par des rondes régulières, de jour comme de nuit.

4 Replies to “Un parc « hors la loi » ?”

  1. Dany Attia pour l’association SAUVEGARDE BIBEMUS .
    Cela fait plusieurs années que nous alertons la mairie ( bien avant le grand projet ) par crainte des incendies dans une zone rouge , inaccessible par les pompiers.Actuellement des dizaines de promeneurs arrivent quotidiennement, rarement aimables lorsqu’on leur dit qu’ils ont traversé et qu’ils sont sur des propriétés privées. Certains nous expliquent qu’ils sont dans le nouveau parc et que les propriétés privées ne sont pas signalées .Les panneaux disparaissent aussi vite qu’ils sont posés
    La période estivale arrive et les propriétaires ont peur.
    La mairie s’était engagée à fermer les accès , avez vous des renseignements sur ce projet ??
    Cordialement

    1. Merci de votre commentaire sur notre site. Il est vrai que la mairie s’est engagée dans l’acte d’achat à clôturer les 3 parcelles restant la propriété des vendeurs, notamment le domaine de la Cortésine et celui du Grand Barret.
      Quant aux autres limites du parc, nous demandons qu’elles soient matérialisées et qu’un dispositif de protection incendie soit mis en place de façon urgente. Pour le moment le seul retour que nous ayons eu est celui de la police municipale qui a promis il y a 15 jours des rondes dans cette zone, mais aucune autre nouvelle depuis. N’hésitez pas à nous dire si vous avez des suggestions de votre côté.

  2. Nous vous remercions de votre commentaire qui rejoint l’objectif de cet article: souligner le fait que les limites de ce futur parc sont floues et amènent aux débordements et aux transgressions que vous indiquez. Suite à notre discussion les précisions demandées ont été apportées dans le corps de l’article et dans les légendes accompagnant les photos. Quant à la question du nom « Roc Fleuri », nous l’évoquons dans un autre article sur ce site: http://ciqcezannetorse.org/focus-la-bastide-du-roc-fleuri/

  3. Roc fleuri est le nom de la propriété qui se trouve au bout du chemin du Roc fleuri qui justement porte ce nom car ce chemin mène à cette propriété. ( qui était la seule existante quand le chemin a été créé ) C’est en aucun cas le nom du terrain acquis par la municipalité pour en faire un parc . Le nom du Roc Fleuri est usurpé. Les panneaux pris en photo sont justement en zone privée en aucun cas en zone publique . Mis en place par les propriétaires Catherine Verdier etJocelyne Boivin qui laisse le public profiter de leur tERRAIN PRIVÉ . Nous faisons des sentiers gratuitement pour le public sur NOS TERRES. Nous essayons de garder une zone d’intimité et sommes en danger d’envahissement et en danger de feu . Nous avons du mal à nous faire respecter et entendre malgré tout ce que nous offrons .Merci de publier une nouvelle note pour expliquer qu’uniquement la zone basse est municipale et non clôturée. Que le public en montant au sommet se promène chez nous et ce dès le passage du petit pont en haut du champ ..Et que le nom du Roc Fleuri nous appartient

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *