Concours de poésie 2017, les lauréats

Bravo à Constance Moncho-Sambuc, Nour Rahoui, Arthur Penadille et Bérénice Rieux dont les poèmes ont été primés par le jury du concours.

Les autres candidats n’ont pas démérité, mais il fallait choisir!

Voici les œuvres sélectionnées , pour le plaisir de leur lecture:

  Qui suis-je ?

Au pays des merveilles

La nuit je veille.

J’entends des animaux

Ils font des bruits rigolos.

Mon cœur palpite extrêmement vite

De m’endormir j’évite.

De la rivière je m’approche

Avec ma petite lampe torche.

Des oiseaux je vois

et une grenouille qui fait : « croa »

Je sens l’odeur de l’herbe mouillée

Car oui la rosée vient de tomber.

Mon pays des merveilles

c est le parc de la Torse la nuit

Car oui la nuit je vis

Vous avez deviné

Je suis une luciole

Qui pointe son nez

Puis je m’envole.

  Le soupçon

Je suis là, je ne bouge pas,

Je suis seul, j’ai peur,

J’entends le vent; et l’eau du ruisseau,

Je pense, je vois des choses impossibles.

Comme des chiens volants, des girafes qui parlent,

Je sens une drôle d’odeur,

J’hésite à aller voir,

C’est mystérieux,

Soudain, une image me traverse l’esprit,

Et me glace le sang,

J’ai peur, je m’allonge,

Et je m’endors.

Je veux

La douce mélodie du parc de la torse,

Ce chant poétique qui nous laisse paisible

L’air de l’horizon qui souffle sur les feuilles

Celui qui nous emmène sur la lune.

En voyant le noir et tous les arbres qui dorment,

Que vois-je, des perles qui brillent dans l’obscurité

Non! Un chat au pelage noir qui chasse les merles.

En voyant l’eau coulissant le long des rochers.

En sentant la bonne herbe qui pousse sous les pins

Cette bonne odeur de la nature que j’aime tant.

En voulant sentir cette bonne odeur des fleurs,

Ces sensations me rappellent quand j’étais petit.

 

Liberté d’enfant

Dans la nuit très sombre,

J’entends la rivière couler.

Je distingue huit bruits d’arbres

Et un chien aboyer.

Je le vois à peine,

Il court dans l’haleine

De la nuit obscure

Puis je vois une voiture.

Je sens l’odeur des arbres,

L’odeur de la pluie

Je me sens libre

Comme le vent et la pluie.

Je ne suis bien

Qu’au parc de la Torse.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *