A vélo dans le quartier

Le quartier que nous habitons se prête à la pratique du vélo en tant que déplacement du fait de sa proximité du centre-ville. Mais entre l’envie et la réalité il y a un pas que beaucoup de personnes n’osent franchir.
Un frein à la pratique du vélo est le manque de sécurité sur les axes de notre quartier : aucune piste cyclable, ni voie cyclable dignes de ce nom. Ces aménagements sont demandés par les personnes jeunes ou âgées afin d’utiliser le vélo comme moyen de déplacement. Ces personnes ne sont pas rassurées car elles craignent de s’insérer dans le flot automobile.
D’autre part, à moins de révolutionner le plan de circulation du quartier (par exemple avec des voies à sens unique) il est très difficile de créer des aménagements dans des rues étroites (exemple : RICM). Cela n’empêche pas de réfléchir à des solutions favorisant les modes doux.

Quelques réflexions :
Bd des Poilus, supprimer un côté de stationnements (côté sud) et le remplacer par une piste cyclable. Projet déjà porté par le CIQ.

Avenue des Déportés de la Résistance Aixoise: supprimer le stationnement et aménager cet espace entre les platanes et le trottoir en double sens cyclable. Cela permettra d’accéder facilement et en toute sécurité aux terrains de sport tout proches.

Traverse Saint Pierre : la rue étant en sens unique, en faire une zone de rencontre avec un contre sens cyclable.

Autre possibilité : Installer des zones 30

« Une zone 30 est une zone affectée à la circulation de tous les usagers.
Dans cette zone, la vitesse des véhicules est limitée à 30km/h. Toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes, sauf dispositions différentes prises par l’autorité investie du pouvoir de police. Les entrées et sorties de cette zone sont annoncées par une signalisation et l’ensemble de la zone est aménagé de façon cohérente avec la limitation de vitesse applicable.»
« La zone 30 est un espace public où l’on cherche à instaurer un équilibre entre les pratiques de la vie locale et la fonction circulatoire en abaissant la vitesse maximale autorisée pour les véhicules. Ceci doit aider au développement de l’usage de la marche en facilitant les traversées pour les piétons et l’usage du vélo en favorisant la cohabitation des vélos avec les véhicules motorisés sur la chaussée. »

Ces zones 30 permettent dans des endroits contraints de diminuer la vitesse des automobiles et de permettre aux vélos (et piétons) de se sentir en sécurité. Mais la pause de panneaux ne suffira pas : un marquage au sol rappelant la mise en place de ces structures est indispensable afin de mieux les faire accepter. Et la pause de radars pédagogiques aiderait également à sensibiliser les usagers.

On doit aussi évoquer la possibilité d’emprunter la coulée verte et une future coulée bleue. Ce sont deux voies en cours d’aménagement (du moins pour la coulée verte). Il faudra faire en sorte que ces voies soient « roulables » pour les vélos standard et pas seulement réservées aux VTT ou VTC.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *